De la nuit à l’oubli… (N&B)

(2 avis client)

16,50

De la nuit à l’oubli

  • Illustrations en noir et blanc
Catégorie : Étiquette :

Description

Trigger warning

Ce roman est un condensé d’anachronismes et de paradoxes. Pourquoi ? Parce qu’il met en scène trois personnages qui évoluent à des époques TO-TA-LE-MENT différentes. Si on part de ce postulat, alors on peut s’imaginer que notre petit trio est on ne peut plus incompatible… et inconciliable.

Commençons par Joseph : issu de notre époque, il est hanté par son passé, qu’il fait tout
pour oublier. Pour avancer.

Son meilleur ami, lui, a en tête de commémorer l’Histoire en révolutionnant l’avenir. Le véritable ennui ? C’est Eugénie. Parce qu’elle appartient au passé. À l’époque coloniale, plus précisément. Sauf qu’elle croit en l’avenir, Eugénie. Fermement. Résolument. Il paraît que deux lignes parallèles ne se rencontrent jamais. C’est ce qu’on apprend en cours de mathématiques. Les chronologies de ces trois-là n’auraient donc jamais dû entrer en collision. Mais quand on a un petit génie de la science dans l’équipe, on va au-devant de sacrés problèmes sacrées surprises.

Vous l’aurez deviné, vous aurez besoin de votre valise et de votre passeport. Parce que les temporalités VONT s’entrecroiser. Juste un petit moment, une brèche dans le temps.

Mais pour ces trois-là, tout se passe dans l’intervalle. Car dans l’intervalle… Ils vont se côtoyer. Un peu. S’abîmer. Beaucoup. Se réparer. Énormément. Et évoluer. À l’infini.

Informations complémentaires

Poids 0,610 kg
Dimensions 15,24 × 22,86 cm
Exemplaire

broché

Illustrations

noir et blanc

Pages

486

ISBN

978-2-9577823-3-8

2 avis pour De la nuit à l’oubli… (N&B)

  1. Guilyane

    Magnifique voyage instructif à travers les époques. Personnages attachants, nous permettant comme à l’habitude de Créoline de nous identifier à eux. Que ce soit partiel ou complet. Merci à toi Créoline, pour ce partage, ton imagination débordante me fait saliver tout au cours de la lecture. Et malgré les nombreux rebondissements me laissant croire à telle ou telle fin. Je ne suis jamais déçue de la fin réelle du livre même si j’ai pu la penser tout autre.

  2. Quentin / Khelone (client confirmé)

    Il s’agit du troisième roman de l’autrice mais le premier que je lis et ça a été un coup de coeur ❤️

    Nous suivons en parallèle les histoires de Joseph, rongé par la culpabilité et qui n’arrive pas à aller de l’avant ; de son meilleur ami Barnabé, un génie qui manque de confiance en lui et recherche l’amour de sa mère depuis qu’il est petit ; et d’Eugénie, qui ne rêve que de liberté, elle qui, en 1743, est esclave de sang-mêlé dans une plantation de cannes à sucre en Martinique, et qui, rejetée de tous, ne trouve pas sa place dans ce monde où elle est trop blanche pour certains et trop noire pour les autres…

    Les trois personnages principaux sont extrêmement touchants, particulièrement Eugénie et Barnabé. Joseph l’est d’une autre façon, et j’ai aimé sa partie, mais son histoire est aussi plus indépendante par rapport aux deux autres donc on le voit moins, c’est peut-être pour ça que je me suis un peu moins pris d’affection pour lui 🤔

    Par contre Eugénie et Barnabé m’ont fait avoir les larmes aux yeux à plusieurs reprises voire même pleurer… une fois le livre refermé. Quand j’ai terminé ma lecture, j’ai l’impression d’avoir pris toutes les émotions d’un coup en pleine tête et je me suis mis à pleurer sans vraiment comprendre pourquoi. Pas à chaudes larmes, mais ça a bien coulé quand même et pendant pas mal de temps 🙈 C’est la première fois que je pleure sur une lecture mais quand celle-ci est déjà terminée, c’est très perturbant 😂

    Les personnages secondaires sont aussi pour certains bien attachants entre mémé Lucette qui est très drôle, Xian et Sosthène touchants… Par contre, d’autres sont détestables, comme par exemple évidemment les maîtres d’Eugénie ou Svet que j’ai juste eu envie de frapper 😅🤬 Je suis un peu passé par toutes les émotions du coup dans ce roman, même rapidement^^

    Au niveau de la structure du récit, l’autrice alterne les points de vue et donc les époques et c’est parfaitement maîtrisé ! On ne s’y perd pas, notamment avec une mise en page particulière pour les chapitres d’Eugénie, et on peut même y noter une différence dans le style, et les chapitres étant courts, on a envie de continuer. de plus la plume est très fluide ! J’ai beaucoup apprécié aussi que l’autrice mette des phrases en créole à certains moments, ça ajoute de l’authenticité (tout est traduit, pas de panique) 😊

    Le roman s’inscrit dans l’univers du tout premier livre de l’autrice, mais les histoires sont totalement indépendantes. Il y a juste des notes en bas de pages pour dire qu’il y a un petit lien, mais ça ne gêne nullement la compréhension. En parlant de notes en bas de page, les petits papiers que l’autrice a mis dans le roman en version papier 😱 Il s’agit de petits papiers que l’autrice “s’amuse” à découper et à scotcher sur les pages concernées pour nous donner des petits infos personnelles (par exemple son amour pour les alexandrins, un souvenir d’enfance…) ! Et j’ai adoré ça 😍 Ça crée un véritable lien entre Créoline et le lecteur je trouve car il s’agit de notes personnelles en général, elle donne son avis, son ressenti sur des choses. Ça ne change rien à l’histoire, mais ça fait quelque chose d’intime entre elle et nous, un véritable partage et on a l’impression d’une connexion particulière avec elle. Je ne sais pas s’il y a un équivalent dans la version ebook, mais c’est clairement un plus ici. Et le fait que ce soit un papier scotché et non pas une simple note imprimée, je suis vraiment vraiment fan ! 😍😍

    Conclusion : ce roman est donc un coup de coeur. Déjà, le mélange de genres, j’adore et le style ainsi que le schéma narratif fonctionnent parfaitement. Mais surtout les personnages sont touchants de par leurs histoires et leurs personnalités. L’autrice nous en a apprend aussi beaucoup sur l’esclavagisme en Martinique et je trouve ça important. Ça fait partie de l’Histoire de notre pays, même si on n’en parle jamais. Quand on pense aux esclaves, on imagine bien souvent les États-Unis et les champs de coton, mais il ne faut pas oublier que chez nous aussi de telles horreurs ont eu lieu. Donc merci Créoline pour ce roman, tes personnages qui m’ont bouleversé et pour cette partie de l’Histoire qui ne doit pas être oubliée ! ❤️

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…